Vous êtes ici

Le gaz s'impose comme une alternative au charbon

Même si le charbon reste la première source pour produire de l'électricité, les industriels investissent dans des énergies moins polluantes.

Plusieurs programmes d'infrastructures ont été mis en place et font que, pour de nombreux observateurs, le gaz représente aujourd'hui une alternative de plus en plus crédible à la toute-puissance du charbon. Néanmoins, celui-ci pèse pour près de 40 % dans la production mondiale d'électricité, contre 22 % pour le gaz. Mais l’équation économique n’est plus le seul critère qui entre en compte dans le match entre gaz et charbon. Depuis la COP21, la perception environnementale grandissante a aussi fait bouger les lignes.

Mais les cours du gaz, indexés pour une part sur les évolutions du baril, pâtissent de leur volatilité. Depuis toujours, les investisseurs privilégient les énergies à la trajectoire tarifaire lisible, et surtout exemptes de bouleversements géopolitiques. Olivier Appert, conseiller du centre énergie de l’Institut français des relations internationales, ajoute que « la dimension sociale n'est pas non plus absente du débat gaz-charbon. Si l'Allemagne ou la Pologne décident de renoncer au lignite, ce sont potentiellement des dizaines de milliers de chômeurs qui surgissent à l'horizon ».

(Figaro économie du 21/03)