Vous êtes ici

Parité dans les conseils : encore un effort !

CECILE DESJARDINS | LE 25/06/2016

Suivant

Tendance Alors que l’échéance réglementaire approche, les entreprises semblent moins mobilisées : les taux de progression des femmes administratrices se sont tassés au cours de l’année dernière, pointe l’Afeca.

Selon une étude récente (1) menée par l’ Afeca (2), il manquerait encore plus de 600 administratrices pour qu’Euronext atteigne le seuil de parité exigé au 1er janvier prochain par la loi Copé-Zimmerman, « relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance et à l’égalité professionnelle ». Cette loi de janvier 2011 prévoit en effet que les Conseils d’administration des entreprises moyennes ou grandes soient composés « en recherchant une représentation équilibrée des femmes et des hommes », imposant 40 % de femmes dans les conseils d’administration des entreprises cotées (sur un marché réglementé), mais aussi non cotées dès lorsqu’elles comptent plus de 500 salariés et affichent un chiffre d’affaires ou un total de bilan supérieur à 50 millions d’euros (le seuil a été abaissé aux entreprises de plus de 250 salariés à l’échéance de 2020).

Si la place des femmes a fortement progressé au cours de dernières années, pour atteindre plus de 30% (32,04%) dans les grandes entreprises, et autour de 26% dans les Mid et Small Cap, l’étude relève que la proportion de femmes tombe à 16,33% dans les conseils d’aministration des entreprises cotées sur Alternext (pas concernées par la loi à ce jour). Mais l’étude relève aussi un ralentissement de la progression dans les structures les plus petites : 5% de progression en 2016 pour 8,5% en 2015 dans les Mid Cap, 8,1% contre 16,7% dans les Small cap.

Plus inquiétant encore, le pourcentage de recrutement de femmes parmi les nouveaux administrateurs n’atteint jamais 40% : à 37% dans les Big Cap, 35% dans les Mid et 26% dans les Small (il est à 18% sur Alternext). Pour atteindre le seuil réglementaire, il manquerait actuellement un total de 608 administratrices : 187 administratrices font défaut dans les conseils d’administration de Big Cap, 171 sur le Mid market, 250 dans les « Small » (et 270 supplémentaires si les entreprises côtées sur Alternext souhaitent elles aussi se conformer au seuil de 40%).

Surtout, « les femmes restent encore peu présentes dans les comités, véritables lieux de pouvoir des conseils où sont préparées les décisions, à l’exception de ceux d’éthique (plus de 40%). Et le vivier interne de femmes aux hautes fonctions exécutives ne semble pas suffisant », souligne l’étude, qui recense une moyenne de 12% de femmes dans les comités des Big Caps, 17% dans les Mid Caps, 10% dans les Small Caps et 10% dans les entreprises cotées sur Alternext. Les comités de nomination et de rémunération des Big Caps ne recensent ainsi aujourd’hui que 26 et 27% de femmes. Alors, Mesdames, à vos candidatures !

(1) Etude Afeca menée en partenariat avec Telescope à partir des listes des compartiments A, B et C d’Euronext et Alternext Paris, soit 625 sociétés cotées au 1er juin 2016, représentant pus de 15.000 membres de conseils et comités.

(2) Association des Femmes Diplômées d’Expertise comptable Administrateurs, qui compte aujourd’hui 600 membres.

En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-generales/gouvernance/conseil-d-a...